.

.

 

       

 


 
 
 
 

      

M. Désiré Bernier est né à St-Fabien, le 28 novembre1892, il fit ses débuts au chœur de chant à l'âge de quatorze ans. Avec les années, monsieur Bernier se familiarisa avec le chant d'église et étudia le solfège et le chant grégorien. Tour à tour forcément, les vieux chantres durent quitter leur poste; pendant ce temps, monsieur Bernier prenait de l'expérience, assurant ainsi la relève.

       Jouissant d'une excellente santé, on le voyait au lutrin chanter en grégorien, messes et vêpres. Point n'est besoin d'ajouter qu'il était là pour toutes les funérailles. Nous le voyons encore chanter à première vue la notation musicale des versets et psaumes latins! De plus, il se faisait une obligation d'aller chanter la messe à tous les matins avant d'accomplir sa tâche quotidienne qui assurait le soutien de sa famille. Il était copropriétaire de la boutique BERNIER ET FRÈRES Industrie de réparation du bois et manufacture de meubles, portes et châssis.

       Monsieur Bernier a chanté cinquante messes de minuit consécutives. Au soir de la cinquantième, le25 décembre 1958, la chorale de St-Fabien lui rendait un vibrant hommage et lui remettait un souvenir pour tant d'années de dévouement, une canne à pommeau d'or qu'il a légué à son fils Jérôme. Monsieur Bernier continua de chanter à l'église jusqu'à ce qu'on introduise le français dans la liturgie, vers 1963. Il a donc chanté les messes à son église paroissiale tous les jours pendant cinquante-sept ans. Chanter ainsi durant plus d'un demi-siècle, c'est presqu'une vie. Et au cours de cette vie, que d'anecdotes ont dû se passer!... Qu'on nous permette ici de vous en raconter une que nous tenons de son fils Jérôme:

       "La coutume était établie qu'à la messe de minuit, le cantique "Adeste Fideles" lui était réservé et monsieur Bernier le rendait très bien. Au fil des ans, on voulut apporter quelque chose de nouveau. Or, voilà rompant avec la tradition, on demanda à sa fille Marthe (qui devint Mme Gervais Bernier) de chanter " l'Adeste Fideles". Le père en fit un peu bouleversé, car selon ses principes religieux, il n'était pas convenable que ce chant fut interprété par une voix de femme" Probablement que dans son for intérieur, il en était flatté. Marthe l'exécuta avec beaucoup de brio.

       Monsieur Bernier décéda le 12 septembre 1966, à l'âge de 74 ans.

.

 

 

.

[Retour]

WebConcept QC ® 2000